Réduire la mortalité des agneaux

Document de synthèse

Ces dosuments présentent comment faire en sorte que les brebis assurent la survie de leurs agneaux (présentation powerpoint). Le texte dans un fichier annexe accompagne la présentation.

Le taux moyen de mortalité des agneaux (de l’échographie à mi-gestation jusqu’au sevrage ou la vente) est d’environ 15 à 20% à travers le monde et induit une réduction significative des marges financières des élevages. De fortes disparités entre élevages sont cependant observées avec des taux de mortalité variant de 3% à presque 50%. La mortalité dans les 2 premiers jours suivant la naissance est la plus élevée et près de la moitié de la mortalité totale est observée durant la première semaine de vie. Les principaux facteurs de risque sont la sous-alimentation des brebis qui entraine une diminution du poids de naissance des agneaux et une moindre production de lait, la taille de portée avec des agneaux plus petits et plus exposés à l’inanition, les brebis inexpérimentées et les facteurs génétiques, le stress et l’environnement à l’agnelage. La plupart des causes de mortalité peuvent être prévenues et évitées. Un des points clés est la tétée par l’agneau d’une quantité suffisante de colostrum de bonne qualité, le plus rapidement après la naissance. Une tétée précoce favorisera l’établissement d’un lien mère-agneau fort et durable, limitera les risques d’inanition/hypothermie et assurera une protection vis-à-vis de certaines maladies infectieuses.

Publish Date